Les trois prochaines extensions de World of Warcraft : un nouveau départ épique.

Les prochaines trois extensions de World of Warcraft sont un pari audacieux de Blizzard. Elles raconteront une histoire en trois parties, et, à en juger par la bande-annonce de The War Within, elles mettront l’accent sur le développement des personnages et la narration émotionnelle plutôt que sur de grands gaillards en armure vous traitant de mortel pitoyable tout en dévoilant la prochaine étape de leur plan machiavélique. De plus, le jeu s’apprête à recevoir, peut-être pour la première fois, de véritables cinématiques en jeu, et Blizzard nous en a donné un aperçu en avant-première.

Une nouvelle ère pour WoW

Pour mettre en contexte, il ne s’agit pas techniquement d’une cinématique de l’extension elle-même, mais d’une cinématique du pre-patch de l’extension intitulé « The Dark Heart », qui arrivera dès la semaine prochaine. Cela va poser un précédent pour la narration du jeu à l’avenir. En la regardant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser : Waouh, ils parlent enfin comme des personnes.

En toute transparence, je joue à WoW de temps en temps depuis la version originale, mais je n’ai jamais été un grand mordu de lore. Ma compréhension de la construction de son univers est restée assez superficielle, en partie à cause du fait que la plupart de ces éléments étaient relégués dans des romans, des médias secondaires et des textes de quête. Cependant, j’ai toujours été fasciné par la manière dont WoW a essayé de raconter son histoire en jeu au cours des deux dernières décennies.

Un renouveau narratif

Comme je l’ai mentionné lorsque Ion Hazzikostas a annoncé les plans de l’équipe visant à relier son récit éparpillé, l’histoire de Dragonflight n’était pas renversante ou exceptionnelle, mais c’était un pas dans la bonne direction – surtout comparé aux absurdités de Shadowlands. Je n’en pleurais pas comme pour la narration épique multi-extensions de FF14, mais certains moments étaient vraiment marquants. Par exemple, la conversation d’Emberthal avec Ebyssian dans la Forgotten Reach.

Il y a eu aussi, inévitablement, des ratés. Alors que j’ai beaucoup apprécié l’épilogue après le raid sur Amirdrassil, la cinématique précédente (que la plupart des joueurs ont jugée comme « la fin de Dragonflight ») n’a pas vraiment fonctionné. C’est un exemple des pires habitudes narratives de WoW à grande échelle : une obsession pour des lectures lentes, dramatiques et grandioses qui tentent d’impliquer un poids et une signification au scénario – ce qui conduit à des dialogues qui semblent figés, laborieux et forcés.

Les cinématiques de Dragonflight qui m’ont marqué ont brisé cette tendance. En fait, l’un des moments les plus émouvants vient d’une quête post-Amirdrassill où Tyrande court vers Malfurion et lui donne un baiser. Je ne connais que les grandes lignes de leur histoire, mais j’ai immédiatement mieux compris l’importance de leur relation. J’ai trouvé cool que cette leader de faction hautaine ait immédiatement abandonné son masque stoïque pour redevenir un amour de lycée quand son amour est revenu – c’était un exemple rudimentaire de l’ancien mantra d’écriture « montre, ne raconte pas », mais parfois les choses simples fonctionnent.

Source : www.bing.com