Vengeful Guardian: Moonrider Review – Kindred Nostalgia


Les plateformes rétro ne sont pas difficiles à trouver. Je me compte parmi le groupe de joueurs de jeux vidéo qui saluent les efforts des petites équipes de développement qui jouent à notre nostalgie d’une époque où jouer à des jeux vidéo signifiait se brancher sur le canal 3. Certains sont fantastiques, certains sont trop difficiles pour être agréables, mais la plupart des terres quelque part au milieu. Vengeful Guardian: Moonrider ne restera pas dans l’histoire comme l’un des grands qui embrasse le passé et modernise l’action, mais je le placerais plus près du côté fantastique de l’échelle, même s’il ne fait pas tout le chemin.

Dans Vengeful Guardian: Moonrider, vous êtes le Moonrider titulaire. Vous sortez de votre conteneur et détruisez les gardes dans un affichage violent qui vous aurait rendu reconnaissant que vos parents ne regardaient pas si vous l’aviez joué sur votre Genesis en 1992. L’histoire est clairsemée mais agréable. Pendant la majeure partie de l’expérience, je me suis demandé si j’étais le méchant et j’ai apprécié les soliloques de Moonrider sur le fait que le pouvoir sans restriction n’est approprié pour personne, aussi nobles que soient leurs intentions. J’ai également apprécié les petits morceaux de personnalité injectés dans chaque boss avant de commencer le combat.

L’histoire est cependant secondaire par rapport à la plate-forme et à l’action à l’épée. Moonrider se déplace bien, rebondit sur les murs comme Samus Aran et sprinte pour sauter par-dessus de grands gouffres. Il se sent bien à bouger, mais certaines lacunes gênantes apparaissent où vous ne pouvez pas voir votre prochaine plate-forme en raison des limitations de la caméra. Faire un zoom arrière donnerait trop l’impression d’être un jeu moderne, mais je ne sais pas si cela valait la peine d’être parfois ennuyé avec la précision de l’ère Genesis.

Outre le saut et l’action de l’épée, qui représentent la majeure partie du jeu, il existe une poignée de niveaux de moto. Ces niveaux ressemblent difficilement à ce qu’ils auraient pu exister sur une console 16 bits, mais je suis presque certain qu’ils ne le pourraient pas. Plus important encore, cependant, je les ai appréciés autant que la plate-forme standard.

La difficulté est souvent un défaut pour des jeux comparables, beaucoup mettant l’accent sur le défi plutôt que sur le plaisir. Heureusement, Vengeful Guardian : Moonrider trouve un bon équilibre. Les niveaux sont difficiles, mais réalisables grâce à des vies et des points de contrôle raisonnables, et les patrons ont des modèles qui peuvent être suivis et exploités, mais probablement pas à votre première tentative.

S’inspirant de Mega Man, après avoir franchi le premier niveau, les six autres peuvent être poursuivis dans n’importe quel ordre, et vaincre son boss vous récompense avec une nouvelle arme. Le mécanisme est familier mais il fonctionne, et c’est excitant d’essayer votre nouvelle arme de tornade, ou ma préférée, un tentacule qui s’éjecte d’un portail. Des améliorations cachées, comme un double saut ou la capacité de devenir plus fort au fur et à mesure que vous battez des ennemis, peuvent également être trouvées à chaque niveau et peuvent éventuellement être équipées. Je les ai appréciés comme récompenses pour avoir exploré le chemin principal, mais certains sont indéniablement plus utiles que d’autres. J’en ai trouvé deux très tôt que je n’ai jamais déséquipés.

L’une des meilleures choses pour Vengeful Guardian: Moonrider est sa longueur. Atteindre le dernier niveau et vaincre le boss final ne prend que quelques heures. De cette façon, il sait exactement ce que c’est : une expérience nostalgique brève mais agréable qui ne dépasse pas son accueil. Au moment où vous commencez à avoir l’impression d’avoir terminé un repas rétro complet, les crédits sont au coin de la rue et je l’apprécie pour cela. L’aventure de Moonrider ne s’attardera probablement pas sur vous, mais je ne regrette pas d’avoir joué l’expérience courte, familière et satisfaisante.



Source : https://www.gameinformer.com/review/vengeful-guardian-moonrider/kindred-nostalgia