Ubisoft et Microsoft unissent leurs forces pour lutter contre les contrefaçons d’Assassin’s Creed et Minecraft.

Ubisoft et Microsoft s’associent pour lutter contre le merchandising contrefait d’Assassin’s Creed et Minecraft

Ubisoft et Microsoft semblent faire équipe pour mener une répression légale contre les personnes qui tentent de vendre des versions contrefaites de produits dérivés officiels de Minecraft et Assassin’s Creed comme étant les vrais. Dans une plainte déposée le 19 avril 2023 devant la Cour du district nord de l’Illinois, Ubisoft affirme qu’un certain nombre d’individus, de sociétés et d’autres entreprises vendent des produits dérivés non autorisés et contrefaits d’Assassin’s Creed via diverses boutiques en ligne, telles que iOffer, Wish, Amazon et leurs propres boutiques en ligne. Selon la plainte, Ubisoft affirme que ces articles sont des « imitations inférieures » qui utilisent néanmoins des éléments de design et des marques déposées de la franchise Assassin’s Creed pour tromper les consommateurs en leur faisant croire que les produits sont authentiques.

L’entreprise accuse les vendeurs de manipuler l’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) afin de s’assurer que leurs annonces apparaissent en tête des résultats de recherche pertinents, déviant ainsi les consommateurs des produits légitimes. De plus, Ubisoft affirme que les contrefacteurs ont réussi à échapper aux tentatives antérieures de poursuites judiciaires en créant de nouveaux comptes vendeurs sous de nouveaux pseudonymes, en possédant plusieurs comptes bancaires offshore, en déplaçant l’hébergement de leurs sites web vers des serveurs situés en dehors des États-Unis, et en expédiant les produits en petites quantités pour éviter la détection par les douanes américaines. Bien qu’Ubisoft ait fourni une liste des vendeurs poursuivis à la cour, cette liste est confidentielle et n’est pas disponible au moment du dépôt de la plainte.

Ubisoft and Microsoft appear to be tag-teaming to target counterfeit Assassin's Creed and Minecraft merch.

Ubisoft porte des accusations de contrefaçon de marque et de falsification, de fausse indication d’origine, et de violation de la Loi uniforme sur les pratiques commerciales trompeuses de l’Illinois (ce qui explique probablement pourquoi la plainte est déposée spécifiquement en Illinois). L’éditeur demande que les vendeurs soient définitivement empêchés de recommencer ces pratiques à l’avenir, que les sites web soient fermés, et que leurs comptes soient supprimés sur plusieurs places de marché en ligne. Ubisoft cherche également à récupérer tous les bénéfices des produits contrefaits ou à obtenir des dommages et intérêts pouvant s’élever jusqu’à 2 millions de dollars pour « chaque utilisation de leurs marques déposées. »

Microsoft se joint à la lutte contre la contrefaçon

Quelques jours plus tard, Microsoft a déposé une plainte similaire devant la même cour, cette fois concernant des contrefaçons de produits dérivés de Minecraft vendus sur des plateformes telles qu’Amazon, Walmart et eCRATER. Il n’est pas confirmé si la plainte vise les mêmes vendeurs, mais étant donné la nature de la plainte, la cour, le calendrier et l’existence même d’une liste scellée, il semble probable que oui. Même le type de réparation demandé par Microsoft dans ce cas est similaire.

Cependant, Microsoft admet ne pas connaître parfaitement l’identité de tous les contrefacteurs, ce qui pourrait expliquer pourquoi l’entreprise a du mal à mettre fin aux opérations de contrefaçon. Ubisoft spécule dans sa plainte que les vendeurs sont principalement basés en Chine ou dans d’autres pays étrangers, et que les groupes et individus semblent se coordonner dans des salons de discussion pour partager des tactiques, éviter la détection et contourner les poursuites judiciaires. Mais ces informations semblent être à ce jour limitées.

Les deux entreprises ont décidé de garder secrète la liste des personnes poursuivies afin d’éviter que les défendeurs ne découvrent prématurément les poursuites en cours. Dans sa demande de scellé, Microsoft souligne son intention de préserver l’intégrité des preuves et d’empêcher toute dissimulation ou transfert d’actifs vers des juridictions étrangères. Une fois l’ordonnance de restriction temporaire notifiée aux parties concernées et les mesures demandées exécutées, Microsoft envisage de rendre ces documents publics.

Un effort conjoint pour lutter contre la contrefaçon

Ces poursuites représentent un effort conjoint pour freiner la vente de produits dérivés contrefaits de jeux vidéo sur des plateformes en ligne majeures. Il est compréhensible de chercher à acheter ces articles dans des boutiques officielles, mais il est souvent difficile de distinguer les produits authentiques des contrefaçons à partir des annonces. En attendant, il faudra voir si les actions d’Ubisoft et de Microsoft parviendront réellement à réduire le flux de produits contrefaits sur le marché, ou si les contrefacteurs parviendront encore une fois à échapper aux conséquences légales.

Source : www.ign.com