Menaces de mort envers Unity : fermeture de deux bureaux et annulation d’une réunion

Unity Technologies Inc., une entreprise de développement de jeux vidéo, a dû fermer deux de ses bureaux aujourd’hui suite à des menaces de mort jugées crédibles. Cette décision intervient dans un contexte de controverse concernant une nouvelle redevance par installation mise en place pour les développeurs utilisant la plateforme Unity. En outre, Unity a annulé une réunion prévue avec tous ses employés.

L’instauration d’une redevance par installation

Il y a deux jours, Unity a annoncé son intention de facturer aux développeurs utilisant son moteur de jeu vidéo une redevance par installation, à chaque fois qu’un joueur installe leurs jeux. Cette décision a suscité de vives réactions de la part des développeurs, qui ont rapidement pointé du doigt plusieurs problèmes liés à cette redevance. Certains ont souligné que les joueurs pourraient installer et désinstaller à répétition les jeux, afin de coûter de l’argent aux développeurs en signe de représailles. Face à cette contestation, de nombreux développeurs ont publiquement demandé à Unity d’abandonner ce projet. Bien que l’entreprise ait pris en compte certaines de ces préoccupations, les développeurs se méfient désormais de travailler avec Unity et envisagent même de se tourner vers d’autres plateformes de développement.

Les menaces de mort et la fermeture des bureaux

Le PDG de Unity, John Riccitiello, avait initialement prévu de s’adresser à l’ensemble du personnel lors d’une réunion ce matin. Cependant, face à des menaces de mort jugées crédibles, la réunion a été annulée et les bureaux de l’entreprise à Austin, au Texas, et à San Francisco, en Californie, ont été fermés. La sécurité des employés étant la priorité, Unity a préféré prendre ces mesures pour garantir leur sécurité.

La situation reste tendue pour Unity Technologies Inc., qui doit maintenant faire face à une méfiance accrue de la part des développeurs et assurer la sécurité de son personnel.

Source : www.gameinformer.com