Let’s Get Evil : Astarion révèle sa vraie nature dans Baldur’s Gate 3

Bienvenue! Let’s Get Evil est une série mensuelle pour les supporters d’Eurogamer dans laquelle nous nous plongeons dans les jeux en étant le plus malveillant possible. Cela semble simple, mais est-ce le cas? Et quelle liberté chaque jeu offre-t-il pour être horrible? Il n’y a qu’une seule façon de le découvrir.

Les limites de la méchanceté dans Baldur’s Gate 3

Attention, des spoilers surviendront naturellement alors que nous avançons dans Baldur’s Gate 3. Actuellement, nous sommes confrontés aux événements de l’Acte 3, en particulier ceux liés à l’Obscur Désir. Si vous nous rejoignez ce mois-ci pour l’essai gratuit, assurez-vous de vous mettre à jour sur les épisodes précédents – ainsi vous connaîtrez le véritable pouvoir du Côté Obscur.

Ce mois-ci, nous avons principalement aidé les autres à atteindre leur potentiel horrifique. Considérez-nous comme un facilitateur, si vous voulez – un facilitateur démoniaque déterminé à faire ressortir le côté le plus sombre des gens. Aujourd’hui, notre protégé : Astarion. Mais d’abord, un petit récapitulatif. Nous vous avions laissé la dernière fois après la révélation capitale que Bhaal, le dieu du meurtre, était mon père. Non seulement ça, j’ai découvert que j’avais instigué tout ce triste complot du Cerveau Ancien pour prendre le contrôle du monde dès le départ. Gortash, Ketheric Thorm et moi l’avions lancé, et puis Orin est arrivé et m’a expulsé. Je me souviens maintenant, plus ou moins. Gortash est partant pour raviver notre vieille alliance et conquérir le monde ensemble, ce à quoi j’adhère complètement. Tout ce qu’il me reste à faire maintenant, c’est tuer Orin. Ce sera un plaisir.

Source : www.eurogamer.net