League of Legends: Découvrez le mode Swarm de Riot Games

Decouvrez le mode « Swarm » de League of Legends

Une combinaison de League of Legends et de Vampire Survivors a produit quelque chose de surprenamment relaxant. Le MOBA notoirement intense propose un nouveau mode cet été, tout du moins temporairement, intitulé « Swarm », reprenant des personnages de League et des éléments de design du genre de survie en vagues récemment formé « bullet heaven ». Mais le grand twist est que malgré la carnage à l’écran – et il y a beaucoup de carnage à l’écran – le résultat est étrangement apaisant.

Plongée dans le monde « Anima Squad »

Comme tout ce qui concerne League of Legends de nos jours, Swarm est accompagné de beaucoup de backstory. Le mode se déroule dans le monde de l’univers alternatif de Anima Squad – pour ceux qui ne sont pas aux faits, Riot Games base de nombreux skins payants de ses personnages de League of Legends autour de réalités alternatives ou de courtes histoires fictives, comme la ligne de skins cyberpunk PROJEKT ou les skins K/DA qui associent des champions au groupe de pop virtuel de Riot du même nom.

Avec Anima Squad, l’ambiance est un mélange de futurisme anime-sci-fi, où un groupe de héros – aux capacités améliorées par des animaux – défend les restes de la terre d’une invasion alien. Pour le nouveau mode, Riot a développé cet univers avec une variété de types d’ennemis introduits par les Primordians envahisseurs – des grunts violets de type requin et leurs boss de différentes tailles, qui se considèrent comme les « globules blancs » éradiquant le virus de l’humanité – et les différentes cartes du mode situées dans différentes parties de Runeterra post-apocalyptique.

Le gameplay de Swarm

La magie de Swarm réside naturellement dans le gameplay. Les bases fonctionnent de la même manière que tout autre jeu de survie en vagues roguelite. Vous commencez, après avoir choisi votre personnage, un peu faible, avant de gagner progressivement en puissance et de repousser un nombre croissant d’ennemis, jusqu’à ce que votre écran soit non seulement plein mais comiquement plein des énormes automates blindés qui vous terrifiaient quelques minutes plus tôt.

Ce qui distingue Swarm c’est la capacité de Riot à varier les styles de jeu dans les limites d’une seule partie. Par exemple, les cartes requièrent des stratégies différentes. La première que j’ai jouée – avec trois autres dans un escadron coopératif à quatre joueurs, bien que vous puissiez jouer seul si vous le souhaitez – avait un grand cercle au milieu qui s’activait périodiquement, vous permettant de le charger pour un soin global à votre escadron, avec des objectifs optionnels comme des combats de boss et des quêtes apparaissant sur les bords.

Beaucoup de variance vient aussi de votre choix de champion. Quelques-uns étaient disponibles dès le départ, comme Riven, Seraphine, Leona, Jinx, Illaoi, Yasuo, et la nouvelle mage Aurora. Chacun joue comme une version légèrement simplifiée et affinée de lui-même dans le jeu principal, avec moins d’habiletés et la plupart d’entre elles agissant passivement. Jinx, par exemple, est toujours un carry fragile et puissant qui utilise une mitrailleuse avec une vitesse d’attaque rapide et a une grosse roquette à haut dégât pour un ultime. Leona, un support très tanky dans le jeu principal, est une option de support tanky ici basée sur des capacités de protection – et fonctionne bien en restant près de Jinx.

Une expérience de jeu diversifiée

Passer à Riven, et l’identité du jeu principal est à nouveau claire – avec des flips à faible temps de recharge, des dashes, des boucliers mineurs et un ultime augmentant les dégâts – mais cela se traduit par un style de jeu dramatiquement différent. Alors qu’avec Jinx vous serez constamment en train de kiter les ennemis et d’essayer de les maintenir à distance, Riven nécessite une bravoure presque innée, équilibrant des habiletés automatiques qui se déclenchent après une certaine quantité de mouvement, indiquée par une barre de recharge qui se remplit progressivement.

Les développeurs de Riot, dont le concepteur de champions bien connu August Browning, qui a travaillé temporairement sur le mode Swarm avant son lancement, ont exprimé leur désir de faire de celui-ci un mode de jeu occasionnel à jouer entre des parties plus intenses de League. Il s’exécute à partir du lanceur de LoL, comme Teamfight Tactics par exemple, au lieu d’être un jeu distinct de Riot comme Valorant, et propose une forme simple de méta-progression. À mesure que vous terminez chaque carte, vous débloquez la suivante, et à chaque partie, vous gagnez une certaine monnaie à dépenser pour des améliorations telles que les dégâts et la santé.

Complétez toutes les cartes et vous pourrez ensuite les jouer à une difficulté plus élevée. Le mode est entièrement gratuit, Riot n’a pas pour objectif central la monétisation. Il se concentre plutôt sur l’engagement et la rétention : au lieu de quitter League of Legends après quelques parties avant de vous coucher, pourquoi ne pas rester dans le client et jouer un peu à Swarm?

Source : www.eurogamer.net