Vente record de maisons à Toronto : chute de 39% par rapport à 2009

Le marché de l’immobilier à Toronto continue de ralentir

Les données publiées par la Building Industry and Land Development (BILD) montrent que les ventes de nouvelles maisons dans le Grand Toronto ont continué de ralentir le mois dernier, atteignant presque les niveaux de la pandémie de mai 2020. Les ventes cumulées de janvier à mai 2024 montrent également une baisse record de 39 % par rapport à la même période en 2009, lors de la dernière grande récession au Canada, en excluant la pandémie. Depuis que nous avons commencé à suivre les chiffres en 1990, le mois de mai 2023 a été le deuxième mois le plus bas pour les ventes de maisons, derrière mai 2020, en raison de la pandémie.

Les chiffres ne mentent pas

En mai, seuls 936 nouvelles maisons ont été vendues, soit une baisse de 71 % par rapport à l’année précédente et de 71 % sous la moyenne décennale, selon les données du groupe Atlas. Sur ces 936 ventes, 539 étaient des appartements en copropriété, en baisse de 75 % par rapport à mai 2023 et de 75 % par rapport à la moyenne décennale ; 397 étaient des maisons unifamiliales, en baisse de 65 % par rapport à mai 2023 et de 61 % par rapport à la moyenne décennale.

Un marché en surabondance

Par ailleurs, le stock restant de nouvelles maisons reste « extrêmement élevé », avec une augmentation à 20 427 unités, représentant un niveau de stock combiné de 14,5 mois, sur la base des ventes moyennes des 12 derniers mois. Cette situation inquiétante est un signal d’alarme pour le secteur de l’immobilier, selon Justin Sherwood, SVP Communications & Relations avec les parties prenantes chez BILD.

Les prix des maisons ont également connu des fluctuations, avec une légère baisse des prix des appartements en copropriété à 1 043 861 $ en mai, et des maisons unifamiliales à 1 612 515 $, en baisse de 5 % et 7 % respectivement par rapport aux 12 derniers mois. Cette tendance à la baisse des prix, due à un marché saturé, pourrait toucher ses limites, prévient Sherwood. Les coûts élevés du foncier, de la construction et des matériaux pourraient limiter davantage les baisses de prix à l’avenir.

Appel à l’action

Dans son communiqué, Sherwood en appelle aux gouvernements pour agir et soutenir le marché immobilier en difficulté. Il souligne que des solutions collaboratives entre les différentes parties prenantes sont nécessaires pour garantir un approvisionnement adéquat en logements dans la région du Grand Toronto.

Source : www.bing.com